Retour à la liste
News

Autour de la Mer Baltique le long de l'EuroVelo 10: Part II

jeudi 6 août 2020
Bernd Schadowski (47 ans) est un cycliste de longue distance, blogueur et auteur enthousiaste. Il adore le cyclotourisme. Se sentir proche de la nature. Les rencontres imprévues avec des personnes passionnantes et peu conventionnelles.

Bernd vit avec sa famille en Allemagne, près d'Aix-la-Chapelle, et partage ses aventures quotidiennes et des informations utiles sur son blog de voyage à vélo, www.radreiseglueck.de.

En 2019, Bernd entame un tour de la mer Baltique de 9000 km en suivant l'EuroVelo 10 - Véloroute de la Mer Baltique avec son fils Tristan (17 ans). Voici la deuxième partie des aventures de Bernd autour de la mer Baltique (découvrez la première partie ici). Après avoir parcouru 1980 km sur l'EuroVelo 10, le fils de Bernd, Tristan, décide de finir le voyage à Rīga. Profondément démotivé, Bernd doit prendre une décision : va-t-il lui aussi terminer son voyage, ou choisir de continuer ses aventures?

Rencontres avec l'Univers

C'est tellement difficile de continuer le tour sans Tristan, mon camarade de vélo. Je quitte Rīga quelque peu engourdi et je dois me ressaisir pour me concentrer sur les routes. Avec son balisage EuroVelo de qualité, l'Estonie est le premier pays dans lequel je roule en solo. Un peu déprimé, je cherche un emplacement pour ma tente à Pärnu, la capitale estivale de l'Estonie, mais c'est partout surpeuplé. La chance me sourit dans un restaurant quand je rencontre Kaja et Margus qui m'invitent à camper dans leur jardin. J'accepte avec gratitude et je trouve en eux des amis pour la vie, ainsi qu'en leur fils Edgar qui me propose de loger chez lui dans son appartement à Tallinn. À ce moment et à certains autres lors de mon voyage, je découvre que l'univers vous envoie au bon moment ce dont vous avez besoin avec le plus d'urgence. Il suffit d'avoir confiance!

Plus tard, je suis submergé par la beauté des magnifiques îles de Saaremaa et Hiiumaa en parcourant 300 km à vélo dans un monde coloré d'insectes, de reptiles et de fleurs aux parfums d'été merveilleux. J'adore les reptiles et je suis plus qu'heureux en repérant fréquemment des serpents de prairie et des vipères dans la campagne estonienne restée intacte. Quelques jours plus tard, je découvre la ville qui est à mon sens la plus belle de mon voyage: Tallinn - moderne, médiévale et conviviale. Edgar m'invite à rester quelques jours dans son appartement pour apprendre à connaître la ville plus en détails - et il y a des nouvelles d'Allemagne : Je viens de devenir grand-père !

Eurovelo10_RRG-16.jpg
Villages de pêcheurs le long de l'EuroVelo 10 - Véloroute de la Mer Baltique

Le Golfe de Finlande

En passant devant d'impressionnantes falaises, plages et chutes d'eau, je longe le golfe de Finlande avec une vue magnifique sur la mer Baltique. Les campings de RMK proposent les meilleurs endroits près de la mer pour monter votre tente - et gratuitement. Finalement, je quitte l'Estonie avec regrets et j'entre une seconde fois dans la "Mère Russie" via la ville frontalière de Narva. Ivangorod me captive d'abord avec son impressionnante forteresse. Les cyclistes ne sont pas les bienvenus dans ce pays, l'entrée et la sortie de Saint-Pétersbourg, avec ses 5 millions d'habitants, constituant une entreprise risquée à vélo. La ville réunit la splendeur et la gloire de la Russie - formant un puissant contraste avec les conditions rurales très pauvres du pays. Dans aucun pays de mon circuit, je ne me sens aussi déchiré entre fascination et tristesse. Une partie essentielle de mon voyage consiste à réduire les préjugés entre les cultures, mais en Russie, ils sont parfois si ancrés que je n'y parviens pas toujours. Avant de quitter le pays, je traverse la belle ville de Wyborg. Malheureusement, comme presque tout en Russie, elle est en grande partie dans un état de délabrement.

"Je suis si heureux d'être de retour dans l'Union européenne", je salue le garde-frontière finlandais, les larmes aux yeux, le 47e jour de mon voyage. Le changement de couleur de la Russie grise à la Finlande colorée est charmant. Les finlandais, tout comme les Estoniens, ont l'art de tout rendre beau. En Estonie, chaque abribus est conçu individuellement et la sphère d'influence de la Finlande est indéniable. La Russie a été une sacrée expérience cycliste, et son intégration dans l'EuroVelo 10 sera une entreprise ardue. Ceux qui souhaitent éviter les risques préfèrent prendre le ferry de Tallinn à Helsinki.

À partir d'Helsinki, le paysage de l'archipel, avec ses îles et ses pierres plates, me permet de rouler dans une contrée de lacs et de ruisseaux. L'œil peut difficilement tout saisir. C'est la fin du mois d'août, et à ma grande surprise et mon grand désarroi j'apprends que tous les campings sont fermés. Il existe un droit d'accès public (allemansrätten) en Finlande, mais il m'est difficile de trouver de bons endroits autorisés le long de la côte. Les journées deviennent rapidement plus courtes et plus humides que prévu. Le soleil du matin ne sèche plus la tente. À partir de la mi-septembre, je passe de plus en plus souvent au CouchSurfing, à Warmshowers, aux B&B et aux auberges autour du golfe de Botnie. L'EuroVelo 10 n'a pas encore été prolongée ici, si bien que sur plusieurs kilomètres, l'E8 m'effraie jusqu'à ce que, à mon grand soulagement, je trouve une jonction menant à nouveau à de belles routes lisses.

Le Point le plus au Nord

En Laponie, je dois malheureusement faire le choix de ne pas me rendre au Cap Nord. Les premières neiges sont annoncées pour les vallées de Laponie et les infrastructures sont en grande partie fermées. Les locaux me déconseillent d'y aller. Je repousse ce rêve car je vais bientôt commencer mes journées à moins 7 °C. Les appels de centaines d'oies sauvages m'accompagnent au sud et font désormais partie de mon voyage.

Je rencontre cependant un point culminant à l'extrême nord de mon voyage, quand je rencontre les pêcheurs au filet de Kukkolaforsen, qui attrapent les poissons un à un avec des filets à main de plusieurs mètres de long sur des jetées branlantes, dans la rivière sauvage. Je savoure à peu de frais une partie de cette spécialité fraîchement fumée.

Cela fait maintenant 66 jours que je suis sur mon vélo. Bien qu'il existe une piste cyclable allant de Haparanda à Ystad appelée Cykelspåret, les détours à l'intérieur des terres, ici, dans le nord de la Suède, sont souvent excessivement longs et combinés à des pentes extrêmement raides. C'est pourquoi je choisis de plus en plus souvent des sections autorisées de la double voie E4 - malgré le stress causé par la circulation. Le Cykelspåret est cependant magnifique et il est conseillé de simplement ajuster les objectifs kilométriques journaliers et de profiter de ces chemins souvent non pavés, mais parfaitement navigables, à travers les forêts suédoises dans un silence incroyablement audible.

Rencontres magiques des voyages à vélo

Eurovelo10_RRG-17.jpg
Paysage de l'EuroVelo 10

La saison cycliste est passée. Je n'ai rencontré aucun cycliste au cours de mes 1000 derniers kilomètres solitaires. Soudain, un tandem fou me dépasse avec des cyclistes enveloppés dans des maillots de hockey sur glace colorés. Comme si ce n'était pas assez fou, je croise deux cyclistes de randonnée juste de l'autre côté de la colline. Je vais faire du vélo avec eux pendant les prochains jours. Ludvig et Irène, qui sont en route de la Suède vers l'Espagne, passent la nuit avec moi dans une petite cabane de conte de fées. Nous partageons nos provisions et notre philosophie sur le monde, les gens et le vélo. Je trouve en eux des amis proches avec qui je partage un lien intérieur profond.

Dans la région du Småland, au sud de la Suède, je continue mon chemin le long de vieux murets de pierre, sur des sentiers magnifiquement sinueux sous le soleil d'automne. À travers des forêts odorantes, je suis de petites routes presque non goudronnées via Stockholm et vers le sud de la Suède. Soudain, à Ystad un son, dont je ne m'étais pas rendu compte de l'absence jusqu'alors, me coupe le souffle pendant un instant. C'est le ressac de la mer Baltique, qui n'existait pas dans son archipel supérieur. J'aime respirer l'air rempli du parfum de la mer.

Je prends le train à Malmö pour traverser l'Øresund vers le Danemark. Mon principe d'éviter de faire du vélo dans les grandes villes est jeté par-dessus bord à Copenhague, car le vélo est à la fois un must et un plaisir ici. Il existe un excellent réseau de pistes cyclables le long de toute la côte danoise, avec de superbes vues sur la mer Baltique, et l'EuroVelo 10 est là aussi bien balisée. Un temps constamment gris, brumeux et pluvieux m'accompagne dans le dernier pays de mon périple; les jours dorés de l'automne sont passés. Un matin, je regarde l'horizon sans fin de la mer Baltique, réalisant que j'en ai presque entièrement fait le tour à vélo. Tous les efforts, la beauté et les diverses rencontres se trouvent bien en moi et les larmes coulent sur mes joues avant que je ne poursuive mon voyage vers l'île de Møn avec ses falaises impressionnantes. Avec plus de 5200 € de dons récoltés, je rentre en Allemagne au 100e jour et je pédale via Kiel jusqu'à Lübeck, où je réalise mon rêve de faire le tour de la mer Baltique en 105 jours.

"Ma mer Baltique. Merci d'avoir été ma compagne sur l'impressionnante EuroVelo 10 pendant plus d'un quart d'année - avec toute ta nature colorée, tes gens sympathiques et tes différentes cultures". Je me rends compte que je la regarderai probablement avec des yeux différents pour toujours.

Résumé

Est-ce que je ferais les choses différemment si c'était à refaire ? Oui - et non. C'est une bonne idée de commencer plus tôt dans l'année pour l'EuroVelo 10 et de terminer la partie supérieure de la mer Baltique à la fin du mois d'août, avant que les campings et les cafés ne ferment dans les pays du nord, la Finlande et la Suède, et que l'automne humide ne rende le camping plus difficile.

Si je pouvais changer une chose, alors j'aurais fait n'importe quoi pour ne pas perdre mon partenaire de vélo Tristan à Riga, bien que je sois incroyablement fier que nous ayons parcouru ensemble 1980 km à vélo dans 5 pays. Cependant, j'apprécie aussi profondément les rencontres que j'ai faites, et changer les choses aurait aussi signifié changer ces rencontres et ces amitiés. En faisant du vélo en solo pendant plus de deux mois, j'ai appris à connaître tous les avantages et inconvénients de ce type de voyage - et j'ai rencontré mes démons. Certains sont devenus mes amis, d'autres pas encore. Cela fait partie du cyclisme de longue distance et, bien sûr, plus longtemps vous êtes sur la route, plus l'intensité est élevée.

Points forts

Les points forts de l'itinéraire étaient innombrables, mais je pourrais citer la nature baltique, la merveilleuse côte et les îles estoniennes, ainsi que le Tallinn médiéval ; l'étendue des forêts nordiques et de l'archipel en Finlande et en Suède, ainsi que les lacs étincelants ; l'excellence des pistes cyclables au Danemark et la gentillesse des gens dans tous les pays.

Cependant, il est également possible de diviser l'EuroVelo 10 et de parcourir les plus belles sections une par une:

  • Profitez de l'incroyable littoral "Allemagne - Pologne".
  • Parcourez les "Pays Baltes", à partir de Klaipėda, que vous pouvez atteindre en ferry. Ne manquez pas le littoral de l'Isthme de Courlande !
  • Faites la section Finlande - Danemark en vélo et découvrez la nature nordique. Vous pouvez prendre un raccourci vers la Russie en utilisant le ferry de la belle ville de Tallinn à Helsinki et vous éviter les "Routes de l'Europe" très fréquentées dans le nord de la Finlande et de la Suède en prenant le ferry de Vaasa à Umeå.

Quelle que soit la partie que vous décidez de parcourir à vélo, sachez toujours qu'il est difficile de ne pas tomber amoureux de la mer Baltique - elle conquerra votre cœur pour toujours !

Suivez Bernd sur Facebook et Instragram.

Eurovelo10_RRG-15.jpg
Bernd Schadowski

Auteur(s): Bernd Schadowski