Retour à la liste
News

“Enfourchez vos vélos et allez découvrir le monde!”

jeudi 25 octobre 2018
Azur, 5 ans, a pédalé sur toute l’EuroVelo 15 – Véloroute Rhin avec ses parents l’été dernier. Dans cet article, découvrez l’EuroVelo 15 vue par ses yeux !

Bonjour tout le monde,

Mon nom est Azur, j’ai 5 ans, et aujourd’hui j’aimerais vous raconter mon voyage le long de l’EuroVelo 15 – Véloroute Rhin qui m’a emmené depuis le haut d’une montagne en Suisse jusqu’à la mer du Nord, en Hollande.

Tout d’abord, je dois vous dire que je ne suis pas un débutant en vélo. J’ai toujours adoré ça. Tout a commencé quand j’avais un an et que j’ai reçu un tricycle pour mon anniversaire. Que ce vélo était cool ! J’adorais rouler sur les pistes de BMX aussi souvent que possible et descendre les pentes à toute vitesse ! Plus tard, lorsque j’ai eu deux ans, j’ai reçu mon premier BMX de la part du Père Noël. J’ai appris à faire des tours, tels que des sauts et des figures, et les skateparks devinrent mon lieu favori pour jouer. Pour tout vous avouer, je m’y rends toujours très souvent. Sur Instagram, vous pouvez voir des vidéos de moi.

Quand j’avais quatre ans, mes parents m’ont offert un vélo à 7 vitesses, et nous sommes partis à l’aventure le long de la Côte de Norfolk. En 6 jours, j’ai parcouru 184 kilomètres. Tout le monde était très fier de moi pour ma performance, et j’étais moi-même surexcité d’avoir réussi à rouler sur toute la route et d’avoir découvert tellement de nouvelles choses, de paysages et d’animaux tels que les phoques à Blakeney point. Je ne trouvais même pas que rouler sur de longues distances soit fatigant !

Quand nous sommes revenus à la maison, mes parents ont donc commencé à planifier notre voyage de l’été suivant. Ils étaient à la recherche d’une route qui ne serait pas trop vallonnée, et il leur vint à l’esprit que le Danube ou le Rhin seraient probablement de bons choix. Cependant le Danube est une rivière très longue, et personne ne pensait qu’elle pourrait être parcourue d’un bout à l’autre en 4 semaines seulement. Le Rhin semblait plus approprié, et mes parents fixèrent leur choix sur cette rivière. Nul n’est besoin de vous dire que je n’avais aucune idée de ce qui m’attendait !

Au départ de Londres, j’étais incroyablement excité de prendre l’avion et puis le train de Bâles à Disentis. C’était long, mais quand nous sommes arrivés je suis resté abasourdi par les paysages. Le temps était très chaud, mais là-bas, en haut de la montagne, il semblait faire plus frais et tout de même très sec, et le ciel était bleu avec presque aucun nuage.

Quand nous avons commencé à rouler au départ de Disentis, nous avons dû tout de suite grimper quelques collines, mais nous étions aussi récompensés par des vues incroyables et de longues descentes pour rejoindre la vallée. J’adorais aller vite pour dévaler les collines et suivre mon père d’aussi près que je le pouvais. Une fois, j’ai même presque atteint une vitesse de 45 km/h! Tellement impressionnant ! Quand nous étions dans la vallée, nous pouvions voir le Rhin qui était turquoise, une de mes couleurs préférées. Il avait l’air incroyablement pur, il était froid et il coulait rapidement comme un torrent. Autour de nous, nous pouvions voir quelques pics enneigés ainsi que des oiseaux de proie dans le ciel. C’était vraiment magique.

Rhine_07.jpg
Moi, lorsque je grimpe la colline
Rhine_10.jpg
Une vue magnifique
Rhine_13.jpg
Le Rhin

Alors que nous continuions notre chemin, nous avons atteint le Lac de Constance. Avec la partie montagneuse, le lac fut l’un de mes endroits préférés de tout le voyage. Comme vous le savez, l’été dernier était très chaud, mais le lac était super rafraîchissant ! Nous nous arrêtions pour nager et jouer dedans aussi souvent que possible et cela reste des souvenirs incroyables.

Une autre chose est que quand vous venez des montagnes, pour atteindre le lac, vous devez traverser plusieurs pays. C’était marrant d’être un moment en Suisse, puis au Liechtenstein, en Autriche, et ensuite, quand nous faisions le tour du lac, successivement en Allemagne et en Suisse. J’ai beaucoup joué à regarder les plaques des voitures pour essayer de deviner dans quel pays j’étais en train de rouler, mais ce n’était pas tâche facile !

Rhine_17.jpg
Toute la famille ensemble
Rhine_20.jpg
Le lac de Constance
Rhine_21.jpg
Moi, dans le lac de Constance

Le voyage a continué et m’a amené à de nombreux endroits enchanteurs: les Chutes du Rhin, Bad Säckingen où se trouve le pont couvert le plus long d’Europe, la ville fortifiée française de Neuf-Brisach, Strasbourg avec sa magnifique cathédrale, la cité allemande industrielle de Manheim et la jolie vieille ville dans la ville de Mainz.

En France nous avons suivi un canal sur de longues lignes droites pour des dizaines et des dizaines de kilomètres. C’est là que j’ai appris à rouler sans tenir mon guidon ! C’est cool, n’est-ce pas ? Papa et maman m’appelaient le garçon de cirque parce que j’adorais prétendre que je jouais de la batterie ou à un jeu vidéo pendant que je roulais. :)

No_hands.jpg
Rouler sans les mains !
Rhine_28.jpg
Toute la famille, souriante
Rhine_30a.jpg
Des fleurs roses sur le pont
Rhine_31.jpg
La vieille ville avec sa zone piétonne

Bien que j’aie tout de même aimé cette partie du voyage, je dois dire qu’en Allemagne, le Rhin est devenu beaucoup plus industrialisé, les petits bourgs se sont transformés en de grandes villes, le turquoise a tourné au brun, les torrents sont devenus des eaux larges et navigables et le silence a souvent laissé place au bruit. Le tout semblait parfois moins joli que ce à quoi nous nous étions habitués, mais il était tout de même intéressant de voir comment une rivière évolue, et comment la vie s’organise autour d’elle, avec des usines, de petits villages paysans et autres lieux touristiques tels que le Rocher du Lorelei... J’ai aussi adoré emprunter les ferrys qui traversent la rivière, parfois jusqu’à 3 fois par jour, et regarder les larges bateaux sur le Rhin était toujours fascinant.

castle.jpg
Un majestueux château
Rhine_39.jpg
Le rocher de Lorelei
Rhine_38.jpg
Un château en Allemagne

La dernière partie de notre voyage nous a emmenés en Hollande. Je m’y étais rendu quelque fois auparavant, mais je n’avais jamais expérimenté le vent puissant que nous avons rencontré à notre arrivée. Le pays était magnifique, reculé et plus calme que les quelques centaines de kilomètres que nous venions de traverser. Avant d’arriver à Rotterdam, nous avons dépassé un lieu charment, Kinderdijk, où nous avons vu 19 vieux moulins à vent, parmi lesquels quelques-uns sont toujours en ordre de fonctionnement. J’en ai visité un, ainsi que la reconstruction d’un petit village montrant le mode de vie hollandais au 18e siècle. C’était fantastique !

Windmill.jpg
Des moulins à vent
Rhine_42.jpg
Moi, avec mon vélo et mon certificat

Finalement, nous avons atteint Hook van Holland, la dernière destination de notre voyage, et maman, papa et moi sommes allés nager tous les trois dans la Mer du Nord pour célébrer notre belle réussite! 26 jours auparavant, nous avions débuté notre voyage et depuis lors, nous avions pédalé sur 1440 kilomètres, à travers 6 pays. Mes parents n’arrêtaient pas de répéter qu’ils ne pouvaient pas croire que j’avais pédalé l’entièreté de la route sans jamais me plaindre, mais plutôt en y prenant du plaisir. La vérité est que chaque soir, tandis qu’ils montaient la tente et cuisinaient, j’avais toujours un peu plus d’énergie pour jouer au foot, nager, courir, rire et parler des endroits extraordinaires que nous avions découverts jour après jour, grâce la route EuroVelo 15, incroyablement bien faite, et sans laquelle rien de ce qui précède n’aurait été possible.

Rhine_44.jpg
Bienvenue en Hollande
certificate.jpg
Le certificat

Maintenant il ne me reste qu’une chose à ajouter. Avant que nous ne démarrions cette aventure, personne ne croyait que je pourrais vraiment rouler tout au long de cette route. Il s’est avéré que je le pouvais, et ce fut l’ une de mes meilleurs expériences. Dès lors, en écrivant ceci je voudrais encourager ceux d’entre vous qui hésitent encore : enfourchez vos vélos et allez découvrir le monde. Faites-le et vous serez surpris de découvrir à quel point tout devient magique quand on y assiste depuis l’intérieur, quand on le vit selon un rythme humain, quand on le traverse avec du temps pour l’apprécier, pour le comprendre et le mémoriser. Pour ma part, je sais déjà que rien ne pourra effacer la magie de ce voyage de ma mémoire. Je fais maintenant partie du Rhin, et le Rhin fait partie de moi !

Une seule question persiste après tout ceci, et il s’agit de la question suivante: quel sera le prochain voyage ?

Pour en savoir plus sur le voyage d’Azur et de ses parents, regardez leur film complet:

Et pour suivre les prochaines aventures de cette petite famille, visitez leur blog et suivez-les sur Facebook et sur YouTube !