Retour à la liste
News

Planifier des itinéraires cyclables réussis : exemple de l’EuroVelo 19 comme bonne pratique - Partie 1

vendredi 9 octobre 2020
Au cours des prochains mois, notre collègue Aleksander Buczyński, Responsable Infrastructures à l’ECF, examinera la planification des itinéraires cyclables sur base de l’EuroVelo 19 – Meuse à Vélo. Pour installer le contexte, dans ce premier article il passe en revue les différentes approches souvent utilisées pour décider du chemin suivi par les véloroutes.
Long-distance tourists often travel with heavy luggage.
Les touristes de longue distance voyagent souvent avec des bagages lourds.

Commençons par une brève comparaison de deux approches opposées de la planification et conception des itinéraires cyclables comme par exemple l’EuroVelo 19 – Meuse à Vélo. La première est trop souvent employée, surtout dans les pays qui commencent seulement à développer le cyclotourisme : lorsque des municipalités ou des amoureux.ses de l'histoire locale et de la nature planifient un itinéraire cyclable, iels veulent souvent montrer tout ce qu'iels pensent en valoir la peine. Chaque église du XVIIe siècle, chaque cimetière et presque chaque prairie offre quelque chose de spécial, et déterminer ce qui est le plus intéressant s’avère parfois difficile. Cela peut même devenir une question politique : pourquoi l'itinéraire visite-t-il la ville de A et pas celle de B ? Nous devons inclure les deux pour ne mécontenter personne! Tous les points d’intérêt doivent pouvoir être visités en suivant le seul véritable itinéraire! Ainsi, l'itinéraire mène d'une attraction ou d'une ville à l'autre, puis à la suivante, et à la suivante encore...

En conséquence, la longueur du trajet augmente et peut facilement doubler ou tripler par rapport aux estimations initiales. Certaines attractions sont éloignées et difficiles d'accès, si par exemple elles sont situées au sommet d'une colline. Il y a bien sûr aussi de nombreux obstacles à surmonter entre les attractions, tels qu’un mauvais revêtement routier, des rues très fréquentées ou des carrefours dangereux. En raison du parcours plus long, il n'y a pas assez d'argent et de capacités pour résoudre tous ces problèmes. En outre, un parcours compliqué n'est pas simple à baliser clairement. Manquer un seul panneau peut mener à une erreur de direction ou à tourner en rond.

Plutôt une ‘Route du Guide Touristique Fou’ ou un itinéraire principal avec des routes secondaires ?

Ce genre d'approche a un surnom en néerlandais, qui se traduit par quelque chose comme ‘La Route du Guide Touristique Fou’. L'idée étant que le "guide touristique fou" veut tout montrer à tout le monde, sans tenir compte de l'effort que cela demande aux touristes. Soyons honnêtes : la plupart des touristes sont heureux.ses de ne visiter qu'une église par jour et de prendre ensuite un bon repas ou une boisson. L'excès n’est pas sain et, surtout, il est ennuyeux.

À l’inverse de cette approche, l’on trouve le système d’identification clair de voies principales et secondaires. La route principale, qui constitue la "colonne vertébrale" de l’itinéraire, doit non seulement être attrayante, mais également aussi directe et facile que possible. Les itinéraires régionaux ou locaux mènent quant à eux à des attractions un peu éloignées ou plus difficiles à atteindre. Un tel réseau peut être utilisé par différents types d’utilisateur.rice.s avec des intérêts, des âges, des types de vélo, des durées de vacances, et des niveaux de constitution physique ou d’expérience très différents.

itinerary_principle.jpg
A gauche: ‘route du guide touristique fou’ ; à droite: routes principales et secondaires.

De cette façon, un.e débutant.e ou une famille avec enfants peut rouler tranquillement et suivre simplement l'itinéraire principal. Les utilisateur.rice.s un peu plus expérimenté.e.s peuvent explorer les itinéraires secondaires, mais en cas de mauvais temps, de problèmes techniques ou de santé, iels peuvent également revenir à l'itinéraire principal et se rendre rapidement à leur halte suivante ou à la gare la plus proche. Les touristes expérimenté.e.s sont également heureux.ses s'iels peuvent utiliser la route principale pour rejoindre facilement l’itinéraire secondaire qui les intéresse le plus. Les touristes de longue distance, voyageant à travers l'Europe avec des bagages lourds, peuvent facilement les transporter d’une halte à un autre par la route principale et ensuite explorer la région sans bagages par les routes secondaires et les chemins de randonnée locaux. Les 17 itinéraires EuroVelo suivent tous cette approche et sont destinés à constituer l'épine dorsale du réseau cyclable et à permettre aux touristes de composer leur propre itinéraire.

Dans la deuxième partie de cette série, Aleksander Buczyński considérera l'EuroVelo 19 – Meuse à Vélo comme un exemple de bonne pratique de l'approche des itinéraires de longue distance comme « colonne vertébrale », en partageant ses conseils personnels pour parcourir l'itinéraire à vélo.

Texte et photos: Aleksander Buczyński